Prim.net

seminaire  

Les Cartes de localisation
probable des avalanches (CLPA) :
Utilisation, limites et perspectives ?

 

Par Laurent Bélanger, Cemagref, chef de l'unité Érosion torrentielle, neige et avalanche (ETNA)
laurent.belanger@grenoble.cemagref.fr

Les origines

  • L'avalanche de Val d'Isère en 1970
  • Commission interministérielle d'enquête (Préfet Jean Saunier
  • Cartographie inventaire des avalanches survenues

Les principes

  • Relevé des emprises touchées précisément identifiées, par enquête de terrain
  • Confirmation par photo-interprétation
  • Démarche scientifiquement fondée
  • Approche cadre au 1/25.000

Des spécificités

  • Diffusion encadrée : destinée principalement aux techniciens et aux élus
  • Pas de base réglementaire ; carte non opposable aux tiers

30 ans d'application

Les réussites

  • 600 000 ha couverts dans les Alpes et les Pyrénées
  • Troisième mise à jour des cartes
  • Des banques de données précieuses et irremplaçables (urbanisme)
  • Carte numérisée depuis 1990 sur Arc info

Les difficultés

  • Emploi des cartes : distinction avec une carte prospective d'aléa ou de risque
  • Transparence : Statut des données non retenues, source des informations initiales
  • Sous emploi du caractère informatique des cartes

Les perspectives

  • Toilettage de l'organisation et définition du rôle de ces cartes dans les PPR : carte informative des phénomènes avalancheux
  • Accès facilité à ces données : pilote de site web destiné aux RTM, puis développement à destination du public
  • Enrichissement du contenu de cartes : notice d'emploi, livret (type carte géologique), traçabilité, interprétation du terrain, étude historique
  • Connexion avec d'autres banques de données : historique (EPA), Oracle spatial
  • Passage d'une banque de données de type textuelle à une banque de données d'objet géographique (post-présentation)

Page suivante
retour de haut page