Prim.net

seminaire  

Introduction

 

Bonjour et merci d'être venus à cette deuxième journée consacrée aux liens entre " cartographie et prévention des risques majeurs " organisée par le ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement avec l'appui de l'ENSG.

La première journée s'était tenue le 26 octobre 2000 dans les locaux de l'ENSG à Marne-le-Vallée. Les axes de l'édition 2000 étaient : la vulnérabilité, la recherche et la publication de cartes des risques sur internet, sujets peu couverts et hautement évolutifs. Son succès, malgré sa courte préparation, nous a déterminé à reconduire l'exercice, avec deux modifications : décaler au printemps, pour éviter l'encombrement du calendrier de fin d'année, et sa tenue au Carrousel du Louvre, pour des raisons de facilité de transports principalement..

Sur le fond, cette initiative du ministère vise à améliorer le retour sur investissement des crédits engagés dans la prévention des risques majeurs, par une meilleure circulation des informations.
Elle se traduit ici par deux objectifs :
- faciliter les contacts entre acteurs et créateurs d'information,
- faire partager les expériences pour éviter les répétitions, et aller plus avant
.

En étudiant les besoins des différents organismes producteurs d'informations sur les risques, il est apparu que la cartographie, et même " l'information localisée " constituait un objet commun, transversal aux différents thèmes et métiers. Cette raison suffit à justifier, s'il en était besoin, la présence du directeur de l'Ecole nationale des sciences géographiques et le titre du séminaire.

En analysant ce qui s'était dit en octobre, nous avons voulu approfondir les thèmes liés à la vulnérabilité et l'information des citoyens par les cartes, qui posent encore de nombreuses questions non résolues. Nous avons également préféré clairement ancrer cette journée dans l'opérationnel et les actions concrètes en abandonnant les aspects de recherche, évidemment importants mais qui sont abordés par ailleurs, pour traiter d'un problème à la fois quotidien et fort complexe, le traitement cartographique de l'incertitude. Dire que ce qui sortira de cet atelier est prévisible serait d'ailleurs très exagéré, tant les réponses pratiques nous ont semblé ... incertaines.

L'organisation de cette journée traduit nos objectifs :
Ce matin, des conférences, volontairement peu nombreuses et accompagnées de questions - réponses, présenteront quelques sujets, à titre d'exemple. Cette après-midi, les ateliers seront le lieu du partage des expériences, et un rapporteur restituera l'essentiel des débats. Une pause d'un quart d'heure, une vers 11h et l'autre à 16h30, offrirons l'occasion d'une respiration et, nous l'espérons, de rencontres. Enfin, il y aura la restitution des ateliers et la traditionnelle conclusion.

Mais je voudrais insister sur un point, qui est la meilleure justification de cette journée : le résultat attendu est de réussir à obtenir, sur ces sujets, une forme d'état de l'art, et une confrontation d'expériences différentes, qui devraient permettre aux participants de faire le point sur leurs différentes approches. En ce sens, la journée est davantage orientée vers l'information des participants que vers celle du MATE.
Je vous remercie, et le laisse la place au premier conférencier,

Marc Leobet
adjoint au chef du bureau de l'information et de la coordination interministérielle
direction de la prévention des pollutions et des risques
ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement

retour de haut page