Prim.net

seminaire  

Introduction

 

Bonjour, et merci d'être venu à ce troisième séminaire consacré à la cartographie et à la prévention des risques majeurs organisé par le ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement.

J'ai plaisir à vous accueillir, d'abord parce que vous êtes 160, ce qui est la meilleure preuve que le séminaire de l'année dernière était intéressant et a donné envie de voir la suite, ensuite parce que vous représentez les principales composantes de la prévention des risques : bureaux d'études, services de l'Etat, collectivités territoriales, de grandes entreprises, des universités françaises mais aussi belges et suisses. Vous êtes un public varié, sans doute parce que la prévention des risques n'est pas une activité facilement réductible à un métier, mais demande au contraire à chaque professionnel de tenir compte d'un amont et d'un aval, c'est -à-dire d'autres disciplines que la sienne propre. Une des manifestations de cette dépendance, c'est que nous avons coutume de présenter notre action par les sept piliers de la prévention, qui recouvrent entre autres la connaissance, l'urbanisme, l'information, et bien entendu aucun de ces piliers n'est indépendant.

De ce constat pratique est née l'idée de l'utilité de réunir les différents métiers et disciplines dans ce que nous avons appelé un " réseau d'intérêt " pour bien marquer que, dans un secteur en pleine expansion, chacun a intérêt à apprendre et à échanger. L'objectif de la journée est donc d'abord le partage d'expérience.

L'organisation de la journée traduit cet objectif :
Ce matin, des conférences, volontairement peu nombreuses et accompagnées de questions - réponses, présenteront quelques sujets opérationnels, à titre d'exemple. Cette après-midi, à partir de 14h30, les ateliers seront un lieu de partage d'expériences, dont un rapporteur restituera l'essentiel des débats. Une pause d'un quart d'heure, vers 11h et 16h30, offrira l'occasion d'une respiration et, nous l'espérons, de rencontres. Enfin, il y aura la restitution des ateliers et la traditionnelle conclusion, que le président Radier de l'ordre des Géomètres-experts a accepté de prononcer.

Mais au fait, pourquoi la cartographie, ou plus largement l'information localisée ? Au moment où il a fallu trouver une activité, ou un besoin transversal, qui soit un moteur commun à tous, la cartographie s'est imposée comme traversant nos métiers. Bien entendu, le fait que je sois moi-même cartographe a été absolument neutre dans ce choix…

Cette année, les thèmes sont, pour deux d'entre eux, des suites du séminaire de l'année dernière :
- d'une part l'analyse de la vulnérabilité, qui continue à être un axe que le MATE veut valoriser,
- d'autre part la transposition au cadastre des études PPR, qui est une question récurrente et qui se situe dans la lignée de nos discussions sur la gestion de l'incertitude sur nos cartes.

Le troisième thème est nouveau, lié aux collectivités territoriales qui deviennent de plus en plus visibles dans le domaine de la prévention des risques. Nous avons voulu leur donner une large place dans cette journée, à la fois dans les conférences et les ateliers de l'après-midi, car nous trouvons que ce qu'elles ont à dire est intéressant : L'année dernière, la conclusion de Gérard Brugnot évoquait la nécessité de bases de données territoriales numérisées : la prévention des risques majeurs ne se fera pas sans elles : qu'elles soient les bienvenues !

Merci de votre attention, et je passe la parole au premier conférencier.

Marc Leobet
adjoint au chef du bureau de l'information et de la coordination interministérielle
direction de la prévention des pollutions et des risques
ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement

retour de haut page