Notice: Use of undefined constant REQUEST_URI - assumed 'REQUEST_URI' in /home/protimaxnr/prim.net/wp-content/themes/8nw0npjxpct2x870vpjbxe46603/functions.php on line 73
Enseigner Lycee Pro » Prim.net

Prim.net

Retour enseigner les risques majeurs  

La prévention des risques majeurs
au lycée professionnel

Que faire

Classes de CAP (B. O. n° 5 du 29 août 2002)
Classe de seconde professionnelle (B.O. n°31 du 30 juillet 1992)
Classe de Première Bac Professionnel (B. O. n°11 du 15 juin 1995)
Classes
de CAP
(B. O. n° 5 du 29 août 2002)
THEME 7. L’HOMME ET SA PLANÈTE AUJOURD’HUI
Commentaire :
Il s’agit, à partir d’études de cas, de mettre en évidence les enjeux actuels (naturels, politiques et sociaux) de l’environnement en évitant une approche catastrophiste. À travers le rôle des acteurs, leurs stratégies et leurs moyens d’action, on montre comment les sociétés réagissent face à ces défis en fonction de leur niveau de développement.

On procède à l’étude de l’inégale disponibilité de l’eau sur la terre ainsi que de l’inégale demande des sociétés. On analyse les tensions liées à la concurrence des usages de l’eau à différentes échelles.
Sujet d’étude n°1 : Les sociétés face aux risques naturels et technologiques.
Sujet d’étude n°2 : La gestion d’une ressource : l’eau.
Notions : environnement, risque naturel, risque technologique, ressource.

- Extrait du Document d’accompagnement (février 2004)
Problématiques
L’approche géographique des enjeux environnementaux s’appuie sur l’étude de cas concrets. Il s’agit de montrer comment les sociétés contemporaines envisagent leur rapport à l’environnement. Par ailleurs, durant les années quatre-vingt, l'idée de développement durable a été précisée. Partant du constat que la croissance économique s'est édifiée sur la destruction de nombreux écosystèmes ou tout au moins sur leur pollution, il convient de proposer une forme de développement moins agressive pour l'environnement, afin de ne pas compromettre les ressources pour les générations futures. Le thème se situe ainsi dans la perspective d'une géographie globale, qui part des hommes pour intégrer l’étude des relations qu’ils entretiennent avec les milieux. Les facteurs naturels n’ont pas à être étudiés pour eux-mêmes mais en tant que composantes des géosystèmes.
La question des sociétés face aux risques permet de préciser une notion complexe, en montrant la nature des différentes menaces, la façon dont les sociétés peuvent gérer ces risques.
L’étude de la gestion de la ressource en eau envisage les questions relatives aux disponibilités, aux réserves d’une part, aux enjeux et conflits sociaux pour son contrôle, et aux problèmes de pollutions d’autre part.

7.1. Les sociétés face aux risques naturels et technologiques
L’étude de la gestion des risques permet de montrer que les sociétés contemporaines sont à la merci des aléas, ces épisodes normaux de la dynamique terrestre qui marquent l’existence de temps forts, d’ampleur et de fréquence variable d’où leur aspect anormal ou extraordinaire. Les médias ont souvent une approche « catastrophiste » et émotionnelle des risques qui ne sont évoqués qu’à l’occasion d’accidents meurtriers : séismes, cyclones, éruptions volcaniques, accidents technologiques...
Il s’agit donc de faire apparaître l’inégalité devant ces risques : zones densément peuplées à forte sismicité, ou situées sur le passage de tempêtes, ou régions faiblement développées pour lesquelles prévisions, prévention et gestion des catastrophes sont plus difficilement prises en compte. Quel prix les sociétés acceptent-elles de payer pour gérer les risques naturels ?
Les sociétés contemporaines n’acceptent plus de vivre le risque comme une fatalité, du moins dans les pays développés. La prévision météorologique, les adaptations architecturales, les plans de prévention et de secours, les systèmes d’assurances sont autant de façons de gérer le risque. Néanmoins s’il est possible d’évaluer la probabilité des aléas naturels et de calculer leur fréquence moyenne, le moment auquel ils surviennent et leur intensité restent très difficiles à prévoir. Devant une catastrophe, nos sociétés tendent à occulter cet aspect pour mettre l’accent sur la recherche des responsabilités humaines.
Les risques technologiques, s’ils peuvent être gérés de la même manière, posent plus nettement encore la question des responsabilités, des choix, des rapports de force entre États et grandes entreprises, associations et groupes de pression.
C’est par l’étude de cas concrets, pris à différentes échelles, proches ou lointains, que les notions de risques naturels et technologiques peuvent être travaillées. Mais, c'est tout particulièrement à l'échelle de la France que l'on peut sensibiliser les élèves à ces risques. Un reportage télévisé relatant un événement peut être le support permettant de montrer d’une part la nature du risque et de la catastrophe et d’autre part la manière dont la presse le relate. L'actualité offre matière à ce genre d'exercice, tout comme le passé récent : accidents industriels, marées noires, inondations.
L’étude permet d’analyser l’événement, mais également de s’interroger sur la nature du risque et l’éventualité de la catastrophe, sur la localisation des populations menacées, mais aussi sur les différents niveaux de décision et de responsabilité.

7.2. La gestion d’une ressource : l’eau
Ce sujet permet de préciser la notion de ressources. En effet, même si la quantité d’eau présente à l’échelle de la planète défie l’imagination et reste stable, il est nécessaire de montrer qu’elle est très inégalement répartie. Un très faible pourcentage de cette eau est utilisable par les sociétés. Les activités humaines menacent par ailleurs la qualité de ce stock. Enfin l’accès à cette ressource est souvent problématique et inégalitaire : des centaines de millions d’hommes souffrent d’une eau rare et de médiocre qualité.
Pour les sociétés à haut niveau de vie, l’eau est récemment devenue un enjeu de première importance. La consommation a crû très rapidement, dépassant parfois les disponibilités locales. L’acheminement de l’eau sur de grandes distances, l’épuisement des ressources fossiles sont de nouveaux enjeux. Le traitement des eaux usées est une nécessité. Ainsi, la maintenance et l’équipement des réseaux, la constitution de réserves, la gestion de la qualité de l’eau ont un coût.
Les tensions sont perceptibles à toutes les échelles : concessions ou régies, périmètres de sécurité, risques sanitaires et environnementaux. La gestion devient un enjeu politique et social entre différents acteurs : les États, les grands consommateurs agricoles et industriels, les grandes sociétés distributrices, les particuliers.

Le travail peut être conduit à deux échelles. A l’échelle locale, la visite, préparée et exploitée, d’une station d’épuration, d’un barrage de retenue est de nature à faire saisir que la gestion est proche et quotidienne. Une enquête peut permettre d’identifier le rôle des différents acteurs impliqués : agences de bassins, régies municipales, syndicats des eaux, grandes sociétés distributrices.
La seconde échelle est celle des grands problèmes nationaux et internationaux dans la gestion de l’eau. On peut ainsi étudier les pénuries, les tensions, les concurrences sévères sur un vaste territoire comme la Californie du Sud ou l’Andalousie. On peut enfin, en relation avec le thème sur les risques, envisager les pollutions et la manière dont les sociétés les ignorent ou les traitent.

Liens possibles avec les autres enseignements
ECJS. Thème : « citoyenneté et grands défis du monde contemporain… les formes prises par la mondialisation… interrogations et exigences nouvelles en matière de droits, de justice, de responsabilité et de sécurité ».
« Utiliser et traiter l’actualité en classe… diversifier les sources, distinguer des analyses différentes, relier l’événement aux enjeux civiques ».
Français. Finalité : « s’insérer dans la cité » ; problématique : « découverte de l’autre et confrontation des valeurs ». Rendre compte d’un événement de l’actualité.
Finalité : « s’insérer dans le groupe » : résumer l’opinion d’autrui, reformuler et dépasser son opinion, pratiquer l’interview.
Finalité : « s’insérer dans la profession » : expliquer un fonctionnement.
VSP. « Etude des risques spécifiques à certains secteurs professionnels. Risque chimique. Risque biologique. Mesures de prévention ».
« Protection et défense du consommateur. Sécurité sanitaire du consommateur. Principe de précaution. Contrôle et veille sanitaire ».
Mathématiques-sciences. «Prévention des risques chimiques et électriques»


Retour haut de page

Classe de seconde professionnelle (B.O. n°31 du 30 juillet 1992)

I. L’homme occupe sa planète
Le constat des inégalités dans les répartitions et les évolutions de la population dans le monde permet de poser une série d'interrogations qui peuvent servir de fil conducteur dans la suite du programme.

1.1. La répartition de la population mondiale
1.2. Les dynamiques de la population mondiale : explosion démographique, croissances inégales, migrations, explosion urbaine
répartition de la population

Notions : densité de population, foyers de peuplement, structure démographique, croissance démographique, transition démographique, migrations de population, urbanisation

Il. L’homme dans les milieux de vie difficiles
La confrontation de la carte des milieux biogéographiques et de celle de la répartition de la population mondiale sert de point de départ à l'étude de cette partie du programme. On s'appuie sur des exemples concrets à différentes échelles.

2.1. Les milieux polaires : des espaces difficiles à maîtriser mais de plus en plus intégrés dans le système mondial.
2.2. Les milieux intertropicaux : des milieux inégalement contraignants et Inégalement occupés.
2.3. Les milieux montagnards : des contraintes et des aménagements originaux.

Notions : milieu, contrainte, espace intégré, espace marginalisé

III. La terre comme système

3.1. Le moteur interne : la mobilité de l'écorce terrestre et ses conséquences (formation des grands reliefs, risques naturels)
3.2. Le moteur externe :
- de l'eau pour la vie
- le soleil à la source de la vie.

Notions : système-terre, dérive des continents, tectonique des plaques, érosion, biomasse, bilan radiatif, cycle de l'eau

IV L'environnement planétaire
L'étude de cette partie du programme intègre les dimensions économique et civique ainsi que les répercussions sur l'organisation des espaces envisagés.

4.1. La gestion des ressources: exemples de l'eau et du pétrole
4.2. Les problèmes d'environnement : de l'échelle locale à l'échelle planétaire, à partir d'exemples.
4.3. La gestion des grands espaces internationaux : mers et océans. l'Antarctique.

Notions : ressource. environnement, interaction, responsabilité individuelle et collective, ressource renouvelable, ressource non renouvelable, écosystème, zone économique exclusive
Retour haut de page

Classe de Première Bac Professionnel (B. O. n°11 du 15 juin 1995)

5. Les citoyens et leurs territoires
Commentaire
Il s'agit de bien mettre en évidence les différents niveaux territoriaux :

* commune et communauté
* département et région
* territoire national
* espace européen

pour bien individualiser le niveau de responsabilité des élus, la répartition des tâches, les moyens d'intervention de chaque citoyen, par exemple : le citoyen comme acteur de l'aménagement du territoire aux niveaux communal (PLU), régional, national et européen (respect de l'environnement, grands projets d'aménagement :autoroute, TGV, aéroport).

Notions : citoyenneté, environnement, collectivité territoriale, patrimoine, démocratie locale

  Pour toute remarque, pour signaler une ressource contactez l'équipe rédactionnelle
Retour haut de page