Prim.net

Espace professionel  

Expertise relative aux risques d'éboulement du versant des ruines de Séchilienne
Rapport du collège d'experts
Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement
Décembre 2000

 

La géologie du site

  La géologie du site est complexe. Les compléments d'étude réalisés récemment par Pierre POTHERAT et Laurent EFFENDIANTZ ont permis d'avoir une vision cohérente de la géologie et de la structure du site.

Le site se situe dans le rameau externe de la chaîne de Belledonne caractérisé par la présence d'une bande de micaschistes et leptynites ou "Série Satinée". Deux accidents majeurs de direction N 20°E encadrent ce rameau externe : à l'Est le synclinal médian et à l'Ouest l'accident de Vizille.

La "Série Satinée" est constituée d'une roche résultant du métamorphisme d'une ancienne formation sédimentaire détritique, gréso-pélitique.

La structure du massif résulte de plusieurs phases de déformation au cours des périodes géologiques qui ont récemment été mises en évidence par Pierre POTHERAT :

- Des phases de déformation précoces responsables de la foliation, de la formation des filonnets de quartz synschisteux et de petits plis isoclinaux à axe vertical.
- Les phases de déformation westphaliennes ont conduit à l'empilement des unités qui constituent le complexe de Belledonne et se traduisent par des plis dissymétriques à axe horizontal de direction N50-80°E et à des accidents conjugués N 20-50°E et N 120-140°E avec des décrochements respectivement sénestres et dextres.
- Une phase de déformation tardi hercynienne a joué un rôle majeur avec, d'une part, la création d'un pli à grand rayon de courbure dont l'axe a une direction N 20°E et un plongement 45°N et, d'autre part, la mise en place d'un champ filonien à paragenèse Pb-Zn exploité au siècle dernier. Un des traits majeurs du schéma structural du massif est le tassement du Mont Sec de forme grossièrement elliptique, bordé de discontinuités concentriques en cônes inverses emboîtés et de discontinuités rayonnantes. Ces discontinuités résultent vraisemblablement de la fracturation qui a accompagné la montée du magma lors de la mise en place du champ filonien qui serait à rattacher à cette phase de distension permienne.
- La phase de déformation alpine représentée par des plis d'axe N à N 20°E plongeant vers le N et par des décrochements conjugués N 20°E et N 140°E.
- L'examen des documents cartographiques et des photographies aériennes met en évidence à l'emplacement du bassin de Séchilienne une structure losangique de type pull-apart. Cette structure, confirmée, par les études de terrain serait récente. La faille de la Romanche serait alors une faille active.

Lors du retrait du glacier de la Romanche, le versant de Séchilienne a été soumis à une forte décompression marquée par l'ouverture des discontinuités subparallèles à la vallée et l'affaissement en coin de la partie sommitale du Mont Sec (fig. 2).

Les discontinuités qui ont joué et jouent un rôle majeur dans la déformation postglaciaire et actuelle du versant sont :

- l'accident sensiblement NS à N 20°E qui délimite à l'est le couloir des Ruines et qui semble correspondre à une zone de cisaillement qui a rejoué au cours de la phase alpine,
- la schistosité de direction N 20°E avec un pendage subvertical mais avec de nombreuses variations locales dues aux plissements ou, en surface, au fauchage,
- les failles de direction conjuguée N 20°-50°E et N 110°-140°E,
- les discontinuités N 50-60°E associées au rebord SE de la structure elliptique de l'affaissement du Mont Sec. A cette famille correspondent la fracture arrière de l'affaissement avec un escarpement d'une quarantaine de mètres et un pendage de 75° vers le sud et le sillon de la Grande Combe qui délimite l'affaissement au sud avec un pendage de 65° vers le nord. Dans le secteur des Ruines, sous l'effet de la zone de cisaillement, on observe une virgation de cette famille très représentée qui prend alors une direction N 60-70° E.

 


Retour haut de page