Prim.net

Retour  

FICHE 12 : NOTE DE PRESENTATION DU P.P.R.

 

SOMMAIRE

I. - Contenu

II. - Contrôle de la régularité par le juge

 

Télécharger la fiche au format PDF - 66 ko

  Attention : En conséquence d'un bogue du site Légifrance, l'utilisation de cette page pour accéder aux Codes demande une manipulation préalable, nous vous prions de nous en excuser. Il faut d'abord aller sur la partie consacrée aux Codes de Légifrance pour ouvrir une session, puis revenir sur la page prim.net (écran précédent).
Les liens vers les lois, décrets, arrêtés et circulaires fonctionnent correctement.
 

I. - CONTENU

La note de présentation doit présenter et expliciter le parti de protection retenu par le P.P.R.

Selon l’article 3 du décret n° 95-1089 du 5 octobre 1995, la note de présentation d’un P.P.R. doit indiquer :

- le secteur géographique concerné par le périmètre du P.P.R.;

- la nature des phénomènes naturels pris en compte et leurs conséquences possibles compte tenu de l’état des connaissances.

Ce document est donc plus ou moins succinct en fonction de la superficie du P.P.R et des informations disponibles. Dans tous les cas, il doit obligatoirement, présenter les éléments suivants de manière simple et lisible :

- les raisons de la prescription du P.P.R. ;

- les phénomènes naturels connus, appuyés par des faits et des illustrations significatifs : la référence à des catastrophes naturelles passées sur le territoire en cause fournissant de bons exemples ;

- les aléas, en faisant part des incertitudes qui se rattachent à leur caractérisation et en explicitant et justifiant les hypothèses retenues : ainsi, par exemple, de la manière dont la « crue de référence » a été établie. Il a été jugé qu’un préfet pouvait valablement retenir la crue de 1910 plutôt que celle, plus forte, de 1658 dans la mesure où les effets de la crue de 1910 sont mieux connus et que les travaux et l’urbanisation depuis 1658 rendent irréaliste une référence trop lointaine (T.A. Melun, 21 oct. 2002, Assoc. Interdépartementale de défense de l’environnement, n° 00-3799) ;

- les enjeux notamment en terme de vulnérabilité et en termes de protection des personnes, des biens, des activités [voir fiche 7 : Prescriptions du P.P.R.] ;

- les facteurs susceptibles d’atténuer ou au contraire d’aggraver les risques : travaux de recalibrage et d’endiguement et, inversement, effets de stockage ou de rupture d’ouvrages, phénomène d’embâcles, rupture des voies de circulation… (T.A. Nice, 5 fév. 2002, Assoc. « Auribeau demain » et autres, n° 00-1858 ; T.A. Montpellier 29 juin 2004, Com. de défense des résidents du quartier de la Creirède et de sa périphérie et autres, n° 97-2983) ;

- les objectifs recherchés pour la prévention des risques ;

- le choix du zonage et des mesures réglementaires répondant à ces objectifs. Les critères retenus pour procéder au zonage doivent être explicités et appliqués de manière cohérente sur l’ensemble des secteurs réglementés (T.A. Nice, 18 mars 2003, M. de Panisse-Passis, n° 00-4125 confirmé en appel : C.A.A. Marseille 19 mai 2005, M. de Panisse-Passis, n° 03MA01128). Dans la majorité des cas, l’enveloppe des zones portées sur le plan de zonage correspond à l’enveloppe des zones d’aléas mais il n’existe pas, pour autant, de relation systématique entre le degré d’aléa et le type de zone réglementaire. Ainsi, des zones concernées par des aléas moyens peuvent cependant faire l’objet de mesures d’interdiction (T.A. Toulouse, 3 mars 2004, Cne de Montauban de Luchon, n° 00-4123) qui devront être expliquées et justifiées [voir fiche 13 : Documents graphiques du P.P.R. ; fiche 14 : Règlement du P.P.R.]

Il est demandé en conséquence aux auteurs d’un P.P.R. d’accorder un soin particulier à :

  • expliciter la méthode utilisée pour aboutir au zonage et aux mesures réglementaires ;
  • justifier et motiver, dans la même perspective, les mesures du règlement ;
  • indiquer les correspondances et liens entre les zones et les prescriptions.

A. - CONTROLE DE LA REGULARITE PAR LE JUGE

  • Le contrôle du juge administratif sur la régularité de la note de présentation du P.P.R. est restreint : il vérifie que le document ne comporte pas d’erreurs ou d’omissions substantielles susceptibles d’entacher le plan d’illégalité ( C.E., 22 mai 1996, Com. de sauvegarde du patrimoine du pays de Montpellier, n° 162745 ; C.A.A. Marseille, 19 mai 2005, S.C.I. Melanex, n° 00MA01377 ; C.A.A. Marseille, 19 mai 2005, M. de Panisse-Passis et autres, n° 03MA01128).

Ainsi, la circonstance que la modélisation sur laquelle se fonde la détermination des aléas et des risques comporte certaines incertitudes n’emporte pas automatiquement l’annulation du plan. En effet, le plan ne sera pas annulé lorsqu’il est établi que ces incertitudes demeurent « marginales et inhérentes au domaine de l’hydraulique en général » et que la fiabilité globale des études menées n’est pas sujette à caution ( T.A. Montpellier, 10 juin 2004, Cne de Narbonne, n° 035254 solution confirmée en appel C.A.A. Marseille, 19 mai 2005, Cne de Narbonne, n° 04MA01915 ; T.A. Melun, 1 er avril 2004, Cne de Suçy-en-Brie, n° 00-3747).

Par ailleurs, si la note de présentation doit analyser les conséquences des phénomènes naturels sur le périmètre du P.P.R., il n’existe en revanche aucune disposition imposant au préfet de détailler l’analyse commune par commune (T.A. Melun, 12 fév. 2004, Cne de Joinville-le-Pont, n° 00-3393 ; T.A. Melun, 1 er avril 2004, Cne de Suçy-en-Brie, n° 00-3747 ;).

Enfin, le juge administratif indique régulièrement que la note de présentation d’un P.P.R. n’est pas obligée de contenir une étude d’impact (T.A. Nice, 23 avr. 2001, Assoc. « Auribeau demain » et autres, n° 00-3024 ; T.A. Melun, 1 er avr. 2004, Cne de Suçy-en-Brie, n° 00-3747).

 

retour de haut page