Prim.net

Retour  

FICHE 15 : EFFETS DU P.P.R. SUR LES DOCUMENTS D’URBANISME

 

SOMMAIRE

I. - Annexion au Plan Local d’Urbanisme (P.L.U.)

II. - Modification du P.L.U.

 

Télécharger la fiche au format PDF - 61 ko

  Attention : En conséquence d'un bogue du site Légifrance, l'utilisation de cette page pour accéder aux Codes demande une manipulation préalable, nous vous prions de nous en excuser. Il faut d'abord aller sur la partie consacrée aux Codes de Légifrance pour ouvrir une session, puis revenir sur la page prim.net (écran précédent).
Les liens vers les lois, décrets, arrêtés et circulaires fonctionnent correctement.
 

I. - ANNEXION AU PLAN LOCAL D’URBANISME (P.L.U.)

L’article L. 126-1 du code de l’urbanisme prévoit que les Plans Locaux d’Urbanisme (P.L.U.) doivent comporter, en annexe, les servitudes d’utilité publique affectant l’utilisation du sol. Or, un P.P.R. approuvé vaut servitude d’utilité publique selon l’article L. 564-4 du code de l’environnement. Son annexion au P.L.U. est, par conséquent, obligatoire (C.E., 14 mars 2003, Assoc. Syndicale du lotissement des rives du Rhône, n° 235421 ; T.A. Poitiers, 27 janv. 2005, Cne de la Tremblade et indivision Chaillé, n° 0302296).

L’annexion du P.P.R. au P.L.U. revêt une importance toute particulière dans la mesure où l’article L. 126-1 du code de l’urbanisme prévoit que, dans le délai d’un an à compter de leur institution, seules les servitudes annexées au P.L.U. pourront être opposées aux demandes d’occupation du sol.

Afin de pallier une éventuelle inaction de la commune en la matière, l’article L. 126-1 du code de l’urbanisme fait obligation au préfet de mettre en demeure le maire (ou le président de l’établissement public compétent) d’annexer le P.P.R. au P.L.U. Si cette mise en demeure n’est pas suivie d’effets dans un délai de trois mois, le préfet procède d’office à l’annexion.

Conformément à l’article R. 126-2 du code de l’urbanisme, l’annexion du P.P.R. au P.L.U. fait l’objet de l’arrêté de mise à jour prévu par l’article R. 123-22 du même code.

Lorsqu’il n’existe pas de P.L.U., les servitudes d’utilité publique sont applicables de plein droit.

II. - MODIFICATION DU P.L.U.

La mise en conformité du P.L.U. liée à l’intervention d’un P.P.R. approuvé et annexé n’est désormais plus obligatoire car la loi n° 2000-1208 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains a modifié l’article L. 123-1 du code de l’urbanisme (suppression de l’obligation de respecter les servitudes d’utilité publique affectant l’utilisation du sol).

Une commune n’est donc pas tenue de modifier son P.L.U. pour tenir compte de l’approbation d’un P.P.R. (C.E., 14 mars 2003, Assoc. Syndicale du lotissement des rives du Rhône, n° 235421).

Toutefois, il est généralement préférable qu’une commune « adapte » son P.L.U. aux prescriptions d’un P.P.R. En effet, en cas de contradiction entre les dispositions d’un règlement d’un P.L.U. et les dispositions d’un P.P.R. annexé ce sont les dispositions du P.P.R. qui prévalent sur celles du P.L.U. (T.A. Poitiers, 27 janv. 2005, Cne de la Tremblade et indivision Chaillé, n° 0302296 ; T.A. Poitiers, 12 mai 2005, Mme Bricou, n° 0401246).

 

retour de haut page