Prim.net

Retour  
Guide méthodologique plans de prévention des risques d'incendie de forêts
La Documentation française, 2002
  Description du phénomène et des risques d'incendies de forêts
 
  source : CIRCOSC / Cemagref Aix
 
Idées à retenir

- La forêt doit être considérée comme un « combustible » potentiel. Toute zone forestière peut être parcourue par les flammes, même dans des régions a priori épargnées. Le combustible s’accroît normalement chaque année par unité de surface en même temps que les lisières forestières se modifient. Mais il peut aussi être détruit par un incendie de forêt, dans ce cas le risque devient nul ou très faible durant plusieurs années.

- Le combustible est un élément vivant. Il réagit aux changements climatiques. Ainsi tout départ de feu n’est pas potentiellement grave. L’impact d’un feu est étroitement lié à son intensité. Certains facteurs aggravants, tels que le vent et la siccité du combustible, influencent le déroulement du phénomène.

- Bien que les incendies de forêt fassent partie des risques naturels majeurs, leur déclenchement et leur arrêt sont très dépendants de l’action de l’homme. Ce dernier a en effet deux actions opposées sur le phénomène : il est responsable de la plupart des mises à feu (volontaires ou involontaires) ; il limite son évolution et ses conséquences par des actions de prévention et de lutte.

- Les incendies de forêt font beaucoup moins de victimes que la plupart des autres catastrophes naturelles. Ce résultat est obtenu grâce à la concentration des moyens de lutte pour la protection des personnes et des biens, parfois au détriment de celle du milieu naturel. Cependant, le développement de l’habitat dans les zones soumises à un risque important peut faire évoluer les bilans dans le futur, si des dispositions de précaution ne sont pas prises.


retour de haut page