Prim.net

Comment évaluer ma vulnérabilité ?  
  De façon plus concrète et plus précise, le tableau ci-dessous vous donne quelques exemples de dommages caractéristiques des constructions non conçues pour résister aux séismes (source Milan Zacek construire parasismique aux Editions Parenthèse)

Dommages caractéristiques d’une construction non parasismique Causes principales Défauts principaux illustrations
Maçonnerie* totalement disloquée • Rupture des maçonneries par traction* et cisaillement*
• Arrachement des solives* et des charpentes*.
Absence de chaînages* horizontaux et verticaux
• Absence de plafond rigide
• Toiture lourde et insuffisamment contreventée*
• Liaisons insuffisantes entre les divers éléments
• Exécution médiocre
Voir
schéma 5
Rupture des maçonneries aux angles • Flexion* des murs • Absence de plafond rigide
• Murs trop longs, insuffisamment raidis
• Absence de chaînages horizontaux et verticaux
Voir
schéma 6
Fissuration des trumeaux* et des allèges* • Efforts de traction dus à la flexion des murs (fissures horizontales)
• Efforts de cisaillement dans le plan des murs (fissures en croix)
•  Absence de plafond rigide
• Absence de chaînages et d’encadrements des ouvertures
Voir
schéma 7
Destruction partielle des façades • Torsion d’ensemble • Disposition asymétrique, déséquilibrée des éléments rigides Voir
schéma 8
Destruction des murs mitoyens (murs séparés par un joint) • Chocs entre les maisons • Largeur de joint insuffisante
• Joint rempli de matériau
Voir
schéma 9
Destruction des murs mitoyens (murs non séparés par un joint) • Différence de hauteur et de structure entre les deux maisons qui a entraîné une concentration des efforts à la frontière • Absence de joint suffisamment large et vide de matériau Voir
schéma 10
Rez-de-chaussée écrasé • Cisaillement des poteaux du rez-de-chaussée • Grande différence de rigidité entre le l’étage et le rez-de-chaussée
• Poteaux insuffisamment frettés
Voir
schéma 11
Effondrement de la toiture • Forces d’inertie engendrées dans la toiture
• Déformations importantes des murs
• Absence de chaînage des murs
• Toiture trop lourde
• Ancrage de charpente insuffisant
• Toiture incorrectement contreventée
Voir
schéma 12

Lexique :

Ces définitions sont issues du site internet : http://www.chez.com/lexiquebe/lexique/lexique_a-z.htm

Traction :
mécanisme résultant de deux forces égales et opposées appliquées sur une poutre.

Cisaillement : Sollicitation perpendiculaire à une section de référence

Torsion : application sur la poutre d’un moment qui vise à faire tourner une de ses sections

Flexion : État de sollicitation tendant à courber l'axe longitudinal

Chaînage : Armature en fer généralement plat disposée au niveau des planchers et du comble, dans les maçonneries, pour assurer leur cohésion et leur solidité

Solive :
Poutrelle formant l'ossature d'un plancher

Contreventement : Dispositif assurant la stabilité d'un bâtiment, d'une ossature, et s'opposant à la déformation, au déversement ou au renversement des constructions sous l'action des forces horizontales. Le contreventement peut être obtenu par différents moyens : paroi rigide, palée triangulée, palée rigide en portique, etc.

Palée :
Rangée de poteaux métalliques, généralement reliés par des poutres horizontales et des diagonales

Trumeaux : Élément porteur en maçonnerie situé entre deux ouvertures dans un mur ou une cloison

Allège :
Terme de maçonnerie désignant la partie de mur ou de panneau située sous une fenêtre, ou une baie vitrée

Fretté :
Anneau circulaire fixé autour d'une enceinte de section pour renforcer sa résistance

Longrine : Poutre longitudinale en béton armé entretoisant les fondations dans la structure

Retour haut de page