Prim.net

Retour définition du risque nucléaire
   

Le risque nucléaire

Les principaux types d'accidents
et leurs conséquences

Les différents types d'accidents

Les accidents de contamination

Ils conduisent à un rejet de produits radioactifs à l'extérieur des enceintes où ils sont contenus et donc à une contamination de l'environnement. Celle-ci provoque des irradiations externes, puis des irradiations internes par inhalation d'air contaminé ou ingestion d'eau ou d'aliments contaminés. Les accidents les plus graves survenant dans les centrales électronucléaires font partie de cette catégorie.

Les centrales nucléaires françaises

 
Les installations de retraitement du combustible peuvent aussi donner lieu à des accidents de contamination, mais ceux-ci sont moins probables que pour les centrales (il n'existe en France que deux centres où ont lieu les retraitements, à Marcoule et à La Hague).

  • Les accidents d'irradiation

    Ils ont lieu lorsqu'une source radioactive intense sort de ses protections. De tels accidents peuvent se produire dans les cas suivants :

    Les accidents de transport : des sources radioactives intenses sont transportées quotidiennement par route, rail, bateau. Leurs emballages, constitués de blindages importants, arrêtent les rayonnements et sont conçus et testés de façon à résister à tout accident, y compris aux incendies.
    Cependant, une fuite au cours d'un accident ne peut être totalement exclue.

    Les utilisations industrielles de radioéléments : les appareils de contrôle des soudures (gammagraphes) sont à l'origine des incidents les plus fréquents : la source radioactive relativement intense est sortie de son conteneur de protection pour effectuer le contrôle de soudure. Il arrive que le mécanisme assurant la rentrée de la source se bloque. Il en résulte une zone autour de la source où règne un danger d'irradiation grave pour toute personne non avertie manipulant l'appareil ou la source (une bonne part des irradiés graves dans le monde l'a été au cours de tels incidents).

    Les utilisations médicales de sources radioactives : les appareils de radiothérapie, dont certains contiennent des sources radioactives intenses, sont principalement visés. Ils peuvent donner lieu à des accidents de même type que les précédents.

  • Les accidents d'irradiation et de contamination

    Les accidents les plus graves combinent en général les deux risques. Cependant, le risque d'irradiation grave sera localisé à l'intérieur et aux abords immédiats de l'installation accidentée, alors que le risque de contamination pourra toucher des zones étendues.

    Les questions importantes à se poser en cas d'accident :

  • quelle est la source de la radioactivité (car cela détermine le type de rayonnement alpha, bêta ou gamma) ?

  • depuis combien de temps est-on soumis à cette radioactivité ?

  • à quelle distance est-on de la source ?

  • à quelle dose d'irradiation est-on soumis ?

    L'accident grave dans une centrale électronucléaire
    et ses conséquences pour l'environnement

    L'accident le plus grave sur une telle installation est une rupture importante dans le circuit primaire de refroidissement du cœur du réacteur. La conséquence en est que l'eau du circuit primaire s'échappe et que le cœur n'est plus refroidi. Continuant à s'échauffer, celui-ci peut fondre. Des
    circuits de secours d'injection d'eau entrent alors en action et rétablissent petit à petit le refroidissement du cœur, avant que celui-ci n'ait fondu. Un tel accident est dit accident de dimensionnement.

    En supposant que tous ces systèmes de refroidissement de secours ne fonctionnent pas, le cœur continue à s'échauffer et fond, en libérant tous les produits radioactifs qu'il contient. Cet accident est dit accident hors dimensionnement ou accident grave. Cependant, un tel accident ne se traduit
    pas par une explosion nucléaire, car une centrale électronucléaire ne peut pas se transformer en bombe atomique.

    Les centrales françaises ont été conçues pour que l'enceinte de confinement, enceinte béton qui contient le réacteur, résiste à toutes les contraintes pouvant résulter de l'accident grave pendant au moins vingt quatre heures. Au-delà, si la pression dans l'enceinte augmentait jusqu'à risquer de dépasser la limite de résistance de celle-ci, il est possible de la dépressuriser à travers des filtres qui retiendraient la majeure partie de la radioactivité répandue à l'intérieur. Ceci étant, on considère qu'il pourrait être nécessaire d'évacuer la population dans un rayon de cinq kilomètres autour de la centrale, avant que ne se produisent des rejets substantiels de radioactivité, et qu'il y aurait lieu de demander à la population de se mettre à l'abri à l'intérieur d'habitations ou de locaux fermés dans un rayon de dix kilomètres.

    L'indicateur de gravité des accidents nucléaires :
    l'échelle INES

    Afin de déterminer la gravité d'un incident ou d'un accident nucléaire, une échelle de gravité, dans le même esprit que l'échelle d'intensité des séismes, a été mise en œuvre à l'échelon international. Cette échelle, dite échelle INES, possède sept niveaux.

      Échelle INES

  •  

    Quelques précicions

    Dans cette échelle, l'accident de Tchernobyl est classé en niveau 7.
    L'incident survenu sur le barillet de déchargement des combustibles de Superphénix, qui a conduit au dernier arrêt de ce réacteur, avait été classé au niveau 2.

    Retour haut de page
    Page suivante