Notice: Use of undefined constant REQUEST_URI - assumed 'REQUEST_URI' in /home/protimaxnr/prim.net/wp-content/themes/8nw0npjxpct2x870vpjbxe46603/functions.php on line 73
Wms Wfs » Prim.net



Présentation
    Cartorisque offre la possibilité d’accéder aux données publiées selon les spécifications Web Map Service (WMS) et Web Feature Service (WFS) élaborées par l’Open Geospatial Consortium (OGC)
    L’OGC a été fondé pour définir les spécifications permettant de garantir l’interopérabilité entre les différentes plateformes et architectures géospatiales.
    Pour davantage d’informations concernant l’OGC, le WMS et le WFS, vous pouvez consulter le dossier technique publié dans la revue Sign@ture éditée par le Certu en mars 2004.



Accéder aux données via WMS

Intérêt du WMS
  • Le principal intérêt du WMS est de pouvoir afficher sur votre poste de travail une ou plusieurs couches de risques publiées dans Cartorisque et d’y superposer vos propres données.
  • Si vous rechargez un document contenant des couches WMS qui ont été modifiées sur le serveur Cartorisque, les modifications apparaitront automatiquement.
  • Les couches WMS de Cartorisque seront affichées avec la même représentation (motif de remplissage, contour, type de point, couleur) que celle du site internet (charte graphique nationale définie par le MEDD), donc vous vous affranchissez des considérations sémiologiques.
  • Les couches WMS de Cartorisque sont interrogeables avec l’outil d’information de votre logiciel.

Limitation du WMS
  • La couche WMS correspond à une portion d’image raster ; il sera impossible de travailler au niveau des objets : par exemple calculer une surface de zone inondable figurant sur une couche WMS, ou tracer un buffer à partir d’une zone d’affaissement de terrain, ou procéder à une requête SQL.
  • La représentation des couches WMS est figée : impossible de la modifier pour un affichage spécifique sur votre poste.

Adresse des serveurs WMS de Cartorisque
    L’accès aux données en WMS nécessite de disposer d’un client WMS (logiciel libre ou d’éditeur): GvSIG, uDig, GAIA, JUMP, ArcGIS, Mapinfo,…
    Après avoir lancé la commande permettant d’ouvrir une couche WMS, le logiciel demande de saisir une adresse WMS.
    Pour Cartorisque, chaque département dispose de son serveur WMS et donc d’une adresse WMS. Celle-ci est du type :
    http://cartorisque.prim.net/wms/[Numéro_du_département]?

    Exemple : l’adresse WMS du serveur Cartorisque du Tarn et Garonne est :
    http://cartorisque.prim.net/wms/82?


    En complément, lorsque les données sont disponibles sur l’ensemble du territoire France métropolitaine, un serveur WMS permet d’y accéder directement. Son adresse est :
    http://cartorisque.prim.net/wms/france?

    Actuellement, ce serveur propose la couche de sismicité et les couches de la Carte de Localisation des Phénomènes Avalancheux.

Adresse du serveur WMS du BRGM sur les risques
    Ce serveur propose de nombreux thèmes : retrait-gonflement des argiles, remontées de nappes phréatiques, mouvements de terrain, cavités souterraines, séismes et paléo-séismes. Son adresse est :
    http://ogcpublic.brgm.fr/risques



Accéder aux données via WFS

Intérêt du WFS
  • Le principal intérêt du WFS est de pouvoir accéder aux entités vecteur de la couche ; ainsi, il devient possible de réaliser des buffers à partir des objets de cartorisque, de procéder à des requêtes SQL sur les objets, de réaliser une analyse thématique sur un attribut … Le WFS pemet donc d’accéder aux objets vecteur de la table, contrairement au WMS qui n’offre qu’une image de la couche de risque.
  • Si vous rechargez un document contenant des couches WFS qui ont été modifiées sur le serveur Cartorisque, les modifications apparaitront automatiquement.
  • Les couches WFS de Cartorisque sont interrogeables avec l’outil d’information de votre logiciel.

Limitation du WFS
  • En général, le client WFS va télécharger automatiquement en local une copie de la couche WFS, ce qui peut être relativement long.
  • La représentation de la couche n’est pas celle qui figure sur le site internet Cartorisque : il est nécessaire d’appliquer une symbolisation lors de l’ouverture de la couche WFS.

Adresse des serveurs WFS de Cartorisque
    L’accès aux données en WFS nécessite de disposer d’un client WFS (logiciel libre ou d’éditeur): GvSIG, uDig, GAIA, JUMP, ArcGIS, Mapinfo,…
    Après avoir lancé la commande permettant d’ouvrir une couche WFS, le logiciel demande de saisir une adresse WFS.
    Pour Cartorisque, chaque département dispose de son serveur WFS et donc d’une adresse WFS. Celle-ci est du type :
    http://cartorisque.prim.net/wfs/[Numéro_du_département]?

    Exemple : l’adresse WFS du serveur Cartorisque du Tarn et Garonne est :
    http://cartorisque.prim.net/wfs/82?




Pourquoi utiliser WMS ou WFS à la place du téléchargement ?
  • Les couches WMS et de WFS sont automatiquement remises à jour en cas de modification alors que le téléchargement constitue un état des données à un instant t.
  • Il est possible d’accéder à une seule couche WMS ou WFS d’un département alors que le téléchargement concerne toutes les données d’un département.
  • Le téléchargement impose systématiquement de retraiter les formats des fichiers (fournis en .TAB et en .MIF/MID), de les importer dans votre logiciel SIG, de leur affecter un style de représentation, … et parfois de tout recommencer au prochain téléchargement.



Conclusion
    Nous avons essayé de présenter simplement les avantages et les inconvénients du WMS, du WFS et de la fonction de téléchargement. Si vous n’êtes pas familiés des notions WMS et WFS, nous vous encourageons vivement à les tester pour vous faire votre propre avis. Elles vous rendront certainement service, à condition de bien identifier au préalable leur domaine d’utilisation.

    Nota : le site de l’OGC publie une .





© IGN – MEDD
Avertissement : Les cartes sont publiées sur ce site à titre informatif. Les documents officiels et opposables aux tiers peuvent être consultés à la mairie ou à la préfecture.

Pour plus d’informations

  • Prim.net (informations sur les risques)
  • Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable